Laurent Plet  

LAURENT PLET

FACTEURS D'ORGUES


12 rue René Cassin
10300 - M
ACEY

Tél. +33 (0) 310 95 50 26
Plan d'accès 22 rue Louis Maison
10000 - T
ROYES

Tél. +33 (0) 325 79 35 70





      PRÉSENTATION DE L'ENTREPRISE

Entreprise crée en nom personnel le 11 avril 1983 et transformée en S.A.R.L. le 8 juillet 2004, labellisée « Entreprise du Patrimoine Vivant » depuis 2006.

Atelier
  • Un stock de bois vieillissant naturellement avant emploi.
  • Une salle des machines de 90 m2 comprenant tout l'outillage à bois.
  • Une salle de montage de 70 m2 (hauteur disponible : 6 mètres).
  • Une salle d'atelier de 90 m2.
  • Une forge et une table à fondre pour la fabrication des plaques d'étain.
  • Un atelier de tuyauterie de 250 m2 (restauration et fabrication).
  • Une salle d'harmonie.
  • Plusieurs espaces de stockage fermés, isolés pour certains (total de 270 m2).

Surface totale assurée : 950 m2, répartis en deux ateliers situés sur les communes de MACEY et TROYES (AUBE)

Chiffre d'Affaires et production H.T. de l'exercice :  
  • 2012 :
  • 2013 :
  • 2014 :
  • 2015 :
  • 2016 :
  • C. A.
    611 146 €
    645 299 €
    482 885 €
    563 322 €
    607 161 €
      Production
    457 962 €
    528 147 €
    362 740 €
    495 953 €
    541 984 €
     

    Le chiffre de production correspond à l'activité réelle de l'entreprise (sans la sous-traitance et la production stockée).

    Répartition moyenne de la production sur les cinq dernières années :

    Orgues neufs : 0 %
    Restaurations - Orgues non protégés : 29 %
    - Orgues classés M.H. ou I.S.M.H. : 46 %
    Entretien, maintenance : 25 %

    Personnel disponible au 1er janvier 2017 (employeur non compris) :

    Sept personnes régulièrement employées en regard des obligations du code du travail.
    Ces personnes ont toutes été formées à la restauration d'orgues par Laurent PLET.

    Plan de charge au 1er janvier 2017 : seize mois


    Tous les travaux effectués pour les Monuments Historiques, les collectivités locales et les particuliers ont été achevés dans les délais prévus et reçus sans réserve par les techniciens-conseils, les rapporteurs de la C. S. M. H. et les Maîtres d'ouvrages (DRAC Bourgogne, Champagne-Ardenne, Languedoc-Roussillon Lorraine, Picardie, et Maires des communes concernées).




          CONSTRUCTION

    Nous concevons nous-même nos instruments, qui sont fabriqués intégralement dans notre atelier, ainsi que toutes les pièces les constituant.

    Seuls des matériaux nobles sont utilisés. La visserie et les moteurs ventilateurs sont les seuls éléments achetés chez des fournisseurs.

          RESTAURATION

    Depuis la création de l'entreprise, nous appliquons et faisons appliquer par ceux qui travaillent avec nous les principes de restauration suivants :


    De plus, nous proposons à chacun de nos salariés de signer la Charte du facteur d'orgues restaurateur, afin que chacun se sente personnellement impliqué et responsable dans la recherche constante d'historicité et de qualité qui doivent prévaloir dans son atelier de restauration.




    L'activité principale de l'entreprise ayant toujours été la restauration des orgues, le code APE est celui des restaurateurs d'orgues historiques : 3319 Z


          SÉCURITÉ DES PERSONNES ET RESPECT DE L'ENVIRONNEMENT

         Les mesures de sécurité ont toujours été conformes à la législation et à la prudence. La première mesure de sécurité est l'implication des personnes, leurs responsabilités, leur conscience des risques encourus par eux et surtout par les autres lors de toutes les opérations. La confiance mutuelle et l'attention permanente au travail du groupe ont permis que nous n'ayons jamais déploré aucun accident du travail sur un chantier en vingt-cinq ans d'expérience.

         Pour les opérations de nettoyage, nous privilégions l'aspiration et évitons autant que possible les soufflettes qui soulèvent trop de poussières. Nous portons des protections individuelles respiratoires, visuelles et auditives suivant les opérations.

         Les ateliers sont chauffés grâce aux chutes de bois d'œuvre et à un système de chauffage central brûlant des granulés de bois. Les bois utilisés sont secs à l'air, pas de séchage artificiel qui consomme de l'énergie.

         Les chutes de plomb et d'étain sont entreposées pour recyclage.

         Le personnel exposé aux poussières de bois et au plomb est régulièrement suivi médicalement. Les analyses de sang annuelles n'ont jamais décelé d'anomalie, signes de la prise en compte des mesures de prévention nécessaires.

         Les colles utilisées sont quasiment exclusivement des colles animales traditionnelles : colle de peaux de lapin, colle d'os, colle de nerf, colle de poisson. La colle à bois vinylique est la seule colle moderne parfois employée.



          PRÉSENTATION DE LAURENT ET PIERRE-ADRIEN PLET, FACTEURS D'ORGUES

         Après des études universitaires, Laurent PLET se forme en Alsace chez Jean-Georges et Yves KOENIG où il obtient son Brevet de Compagnon, puis il élargit ses connaissances en côtoyant divers ateliers où des facteurs déjà établis lui prodiguent avec générosité leurs conseils.

         Il enseigne de 1987 à 1990 au Centre National de Formation d'Apprentis Facteurs d'orgues d'Eschau (67).

         Il s'installe en 1983 en Champagne-Ardenne et forme progressivement ceux qui deviennent ses compagnons d'atelier.



         Familier de l'atelier de facture d'orgues où il travaille régulièrement durant ses études, l'aîné de ses trois fils, Pierre-Adrien PLET, intègre l'entreprise familiale après un Master d'Histoire moderne et 8 ans comme professeur certifié dans le Secondaire.

         Il obtient alors son diplôme du CFFO d'Eschau et élargit sa connaissance du métier au contact de ses compagnons d'atelier et de ceux des entreprises associées pour les grands chantiers de restauration.



          PRÉSENTATION DE L'ÉQUIPE DES COMPAGNONS DE LAURENT ET PIERRE-ADRIEN PLET

         L'entreprise compte actuellement sept personnes au total et assure l'intégralité des travaux qui lui sont confiés, tant en menuiserie qu'en mécanique ou en tuyauterie.

         Tous formés ou en cours de formation à l'intégralité des tâches pouvant incomber à un facteur d'orgues, nos cinq compagnons sont les suivants :

         Dès son intégration, chacune de ces personnes a participé à tous les travaux menés à bien par l'entreprise.


          UN SITE SUR NOTRE ENTREPRISE, POUR QUOI FAIRE ?

         Ce site Web est présent sur la toile depuis de nombreuses années et nous le trouvons pourtant encore bien léger... Par ailleurs, d'aucuns pourront constater de grandes similitudes entre sa mise en page et celle de l'Hydraule La chose est facilement explicable puisque les deux sites ont été créés par le même Webmestre. Mais passé la simple présentation d'entreprise, le contenant, il nous a semblé important de privilégier le contenu. Nous travaillons depuis plus de trente ans à la restauration d'orgues anciens, principalement du XIXe siècle. Des dossiers de restauration ont, dans ce cadre, été rédigés et mis en page sur papier, mais ils ont abouti dans une armoire de l'Administration à une place probablement très vite oubliée.

         Il nous semble aujourd'hui intéressant de rendre nos mesures et études d'instruments historiques accessibles au grand public dans la mesure où elles n'ont pas déjà été publiées de façon traditionnelle comme c'est le cas pour les instruments de Saint-Dizier et de Long. De même, nous ne referons pas le travail de mise en ligne du relevé de l'orgue du Grand Temple de Saint Hippolyte du Fort, car sa mise à jour après la restauration par notre atelier a été faite lors de sa mise en ligne sur la toile.

         Une restauration historique est un travail de longue haleine, s'étalant souvent sur plus d'une année pour un seul orgue. Si les démarches administratives, souvent fastidieuses, sont généralement connues des commanditaires (et pour cause...), il est clair que la démarche du restaurateur, son quotidien, sa recherche, ses errements parfois, sont, à ce jour, totalement ignorés du grand public. C'est donc avec une optique volontairement didactique que sont publiées progressivement les études d'instruments et l'histoire de leur restauration sur ce fabuleux média qu'est le Web.

         Certains objecteront peut-être que les données publiées ici sont trop spécialisées pour un public de non professionnels. Mais peut-on dignement trouver une utilité quelconque à un travail si celui-ci n'est pas donné à lire à un public, fut-il restreint ? Et les non-spécialistes, enfin, n'auraient-ils pas le droit de savoir qu'une taille de tuyau ou le tracé d'un porte-vent n'est pas le fruit du hasard mais celui d'une réflexion commune entraînant toujours dans sa course le facteur, bien sûr, mais aussi, le technicien conseil, l'architecte des Monuments Historiques, l'organiste ou le rapporteur ? On peut aussi se poser la question de savoir par qui et pour qui sont faites les restaurations d'orgues anciens et arriver très vite à l'évidence que tout repose sur le porte-monnaie du contribuable... Le décevrons-nous en lui rendant compte - directement - de nos travaux ? Où bien faut-il égoïstement conclure qu'il lui suffit amplement d'écouter les orgues restaurés sans avoir pu un instant prendre connaissance de ce que fut notre travail pour arriver à cette finalité ?

    Bonne découverte !

    Pierre-Adrien, Laurent PLET et Sébastien COSSON.